SOLAR EAU

 

Encore récemment considérée comme une matière première inépuisable, l'eau promet de devenir une ressource rare au 21ème siècle.

La surconsommation des ressources, la pollution industrielle et agricole ainsi qu'un gaspillage généralisé contribuent à précariser l'accès à l'eau de milliards d'habitants. Paradoxalement, le nombre de catastrophes naturelles liées aux cours d'eaux augmente également. La récupération de l'eau de pluie afin d'arroser son jardin et alimenter son W-C devient une pratique de plus en plus courante.

Mais savez-vous que, que l'on peut aller bien plus loin dans cette démarche ?
L'eau naturellement douce qui nous tombe du ciel peut en fait convenir à tous les usages domestiques y compris pour la boisson et l'alimentation. Dès qu'on a intégré cette idée simple, le but principal de la récupération de l'eau de pluie n'est plus l'économie d'eau, mais l'augmentation du confort par l'usage d'une eau de haute qualité. Ce système permet donc non seulement la réduction de la facture d'eau, mais également la suppression d'adoucisseur et une réduction de la quantité de savons et de poudre à lessiver. On préservera aussi les robinets et les résistances chauffants des appareils ménagers.

Un crédit d'impôt pour encourager les particuliers à s'équiper d'un système de récupération et de traitement des eaux pluviales a été mis en plac. Celui-ci sera de 25% du coût des équipements dans la limite d'un plafond de dépenses de 8000€.

Récupération de l'eau de pluie et traitement

l'eau, l'or bleu

Le concept de capter l'eau de pluie et de la stocker pour un usage ultérieur est très ancien. On en retrouve même la trace chez certaines civilisations pré-romaines et sur tous les continents du globe. Cependant cette pratique est désormais disparue dans nos sociétés industrielles depuis l'apparition des réseaux d'eau courante. Pourtant, face à une demande toujours grandissante (et donc des coûts toujours plus élevés) et un enjeux écologique inquiétant, la France commence à se sensibiliser à l'alternative constituée par la récupération d'eau de pluie et son recyclage. Et cet intérêt français s'accroit d'autant plus que certains de nos voisins européens (Allemagne, Belgique, GB...) en ont fait une alternative viable et efficace. La récupération pluviale est déjà largement présente en Europe. En Allemagne près de 100 000 systèmes sont installés par an et font économiser des millions de mètres cube d'eau potable. (Ci-contre, le récupérateur d'eau de pluie) Mise a part le fait que l'eau de pluie est gratuite, cette eau n'a pas besoin d'être purifiée et ne pose pas de problème de transport. Les deux principaux arguments à mettre sur le compte de la récupération de l'eau de pluie sont les suivants :

  • Elle se substitue à l'utilisation de l'eau potableavec l'avantage d'économiser cette eau potable si précieuse.
  • Elle constitue une parade aux orages ce qui permet de lutter contre les inondations

Grâce à ses caractéristiques, la récupération d'eau de pluie a aussi de multiples impacts positifs :

  • Idéal pour la croissance des plantes
  • Plus grande efficacité pour le lavage du linge - on peut économiser 50% de détergeant dans les zones où l'eau est chargée
  • Pas de problème de calcaire sur les machines à laver le linge

La combinaison entre récupération d'eau de pluie et évacuation par le réseau classique est donc un excellent concept écologique. 

L'hygiène

La qualité hygiénique de l'eau de pluie a déjà fait l'objet de nombreuses recherches scientifiques en Allemagne. Des scientifiques réputés dans ce domaine, comme les professeurs F.-K. Lücke, K. Holländer ou E.-S. Krampitz ainsi que M. Bullermann, ont pu prouver que, tant que certaines précautions sont respectées, (la stricte séparation des réseaux d'alimentation en eau potable et en eau de pluie, ou l'affichage clair et visible des tuyauteries et prises d'eau), l'utilisation de l'eau de pluie pour l'alimentation de la chasse d'eau des toilettes, le lave-linge, et pour l'arrosage du jardin, ne présente aucun risque pour la santé publique. En ce qui concerne plus particulièrement l'utilisation pour le lavage du linge, les scientifiques ont pu montrer qu'après l'avoir séché, le linge lavé à l'eau de pluie n'est pas plus chargé en microbes que le linge lavé à l'eau potable.